Accueil

La SFCR en 2019

Créée en 2004 avec 40 membres fondateurs (historique à télécharger), la SFCR a connu au cours de cette dernière décennie, une évolution constante avec à ce jour 450 membres actifs.  Elle est, plus que jamais, représentative de la communauté  chirurgicale rachidienne en France, à la fois neurochirurgicale et orthopédique.

Le dernier congrès de Nantes (7-9 juin 2018) est le reflet de cette progression avec plus de 430 participants et 48 exposants. La SFCR a pour mission de favoriser par tous les moyens disponibles l'acquisition, la diffusion et l'échange des connaissances en pathologie rachidienne sous tous ses aspects. Elle va ainsi privilégier :

  • L' accompagnement des jeunes chirurgiens du rachis dans leurs projets de recherche fondamentale ou clinique en accordant des aides au financement sous forme de bourses.
  • La formation et l'enseignement avec :

- Le DIU de chirurgie du rachis

- La mise en place d'un cycle d'ateliers pratiques permettant aux internes et chefs de clinique de mettre en application leur formation théorique.

- L'organisation de formations spécifiques pour les IDE et les IBODE

  • L’ouverture à la communauté chirurgicale  rachidienne internationale avec :

- La participation à des congrès internationaux (Eurospine 2018)

- Le rapprochement auprès de sociétés étrangères dont la Société Italienne (ISS) qui sera notre invitée sur le congrès annuel de Strasbourg ainsi que la Société Allemande (DWG) qui participera à une grande controverse Franco-Allemande.

  • L’information en direction du grand public, avec :

- La mise à disposition sur notre  site de fiches d’information aux patients, revues et actualisées.

La SFCR a pour vocation de poursuivre ses objectifs en étroite collaboration avec ses sociétés "mères" que sont la SOFCOT et la SFNC.

Parmi les actions menées :

- La création d'une commission RAAC et Chirurgie ambulatoire afin d’encadrer les modifications d’activité qui concernent l’évolution de nos pratiques.

- Les négociations avec la HAS pour modifier la cotation de certains actes notamment la baisse du remboursement des cages intersomatiques et corporéales.