Accueil

LE MOT DU PRESIDENT

Jérôme Allain élu président le 26 septembre 2020

Chers Collègues, Chers Amis,

Prendre la présidence de notre Société, c’est poursuivre avec plaisir et enthousiasme mon investissement depuis de nombreuses années au sein de son bureau et des différentes manifestations qu’elle a organisées. Il faut dire que l’ambiance studieuse et passionnée mais toujours amicale qui y règne est un stimulant très puissant. La coexistence de collègues venus d’horizons si différents, neurochirurgiens et orthopédistes, libéraux, universitaires ou hospitaliers en fait sa richesse et aujourd’hui sa légitimité. La présence de plus de 300 congressistes lors de notre dernier congrès de Dijon, dans le contexte sanitaire que nous connaissons tous, en est une preuve irréfutable. Beaucoup de sociétés médicales peuvent ainsi nous envier cette vitalité. J’en profite pour remercier tout particulièrement son président et fidèle ami, Jacques Beaurain qui a toujours cru dans la tenue du congrès ainsi que sa secrétaire Anne Capelle qui est restée constamment investie dans son organisation malgré les doutes persistants jusqu’aux derniers jours qui l’ont précédé et bien sûr les industriels qui nous ont fait confiance et sans qui rien n’aurait été possible. Merci à eux ! Anne reste désormais seule aux commandes du secrétariat suite au départ à la retraite d’Agnès Simon après de longues années de collaboration fructueuse et toujours chaleureuse. Qu’elle en soit ici vivement remerciée.

Beaucoup de travail nous attend malgré l’ampleur de la tâche déjà accomplie par mes prédécesseurs. J’espère que les nouvelles règles qui nous sont imposées pour lutter contre la pandémie virale ne nous empêcheront pas de remplir notre mission, en particulier la formation de nos jeunes collègues via le travelling fellowship (temporairement annulé), les différents ateliers de formation, le DIU que nous devons accompagner dans son évolution imposée par les changements organisationnels et les bourses d’étude et de mobilité. C’est également vrai pour nos collaboratrices et collaborateurs au bloc opératoire qui doivent bénéficier de notre enseignement afin que les interventions chirurgicales se déroulent dans les meilleures conditions. Mais nous devons aussi continuer à partager les données de notre science chirurgicale lors des réunions scientifiques, organiser, coordonner et présenter nos symposiums et tables rondes. Parallèlement, nous devons poursuivre nos échanges avec l’HAS, afin de peser dans les décisions qui peuvent nous être imposées concernant notre activité chirurgicale alors que la situation sanitaire du pays met sous tension notre système de soin, mais aussi pour argumenter afin d’infléchir la tendance affichée au déremboursement d’implants. Il faut à l’inverse l’étendre et mettre fin à l’hypocrisie de certaines situations comme celle de l’arthroplastie discale cervicale et obtenir de nouveaux codes d’actes afin de que notre discipline conserve son dynamisme et sa capacité d’innovation pour le bien de nos patients, à l’égal de la très grande majorité des pays industrialisés. C’est dans ce sens que nous collaborons régulièrement avec le SNITEM. L’obtention, il y a quelques jours, d’un code spécifique pour l’acte de cyphoplastie par ballonnet en est la plus belle démonstration. 

L’information en direction du grand public doit aussi retenir toute notre attention. Nous nous y sommes déjà attelés tout au long de cette année lors de la conception des fiches d’information préopératoire que nous avons élaborées. Je remercie à ce sujet Pierre Garçon pour son investissement. L’utilisation de ces documents devrait permettre à nos opérés d’appréhender l’intervention à venir plus sereinement, en comprendre les résultats attendus mais aussi les limites et les risques. Cette démarche devrait limiter la tendance actuelle à la judiciarisation croissante de nos activités. 

Dans ce contexte, je suis très heureux de prendre la présidence de la SFCR pour travailler avec tous les membres de son bureau, développer différentes thématiques avec chaque commission et préparer les futurs congrès de notre société. Ils se tiendront à Bordeaux sous la présidence de Jean Charles Le Huec en 2021 et à Nice en 2022, présidé par Stéphane Litrico, auquel je suis fier de succéder à la tête de la SFCR car le travail accompli sous sa direction fut à son image : convivial mais très sérieux, dans tous les cas d’un grand professionnalisme.